Diagnostic

Le diagnostic chez le neurologue

Comment le neurologue va-t-il m’aider?

Le neurologue connaît les troubles moteurs neurologiques et peut donc établir un diagnostic. Ce diagnostic peut être établi en raison du schéma caractéristique des mouvements, c’est-à-dire des mauvaises positions et des spasmes involontaires des différentes parties du corps.

Pour pouvoir poser un diagnostic, le neurologue doit vous examiner minutieusement, puis avoir un entretien approfondi avec vous. De plus, vous aurez éventuellement à passer quelques tests neurologiques ainsi que des imageries médicales, comme un scanner ou une IRM.

 

Le diagnostic différentiel

Le neurologue décèle les différents symptômes des dystonies et peut établir un diagnostic différentiel. Il vérifie pour cela s’il s’agit effectivement d’une dystonie, et non d’une autre pathologie neurologique. Le neurologue évalue aussi en même temps s’il s’agit d’une dystonie dont la cause est connue.

Dans le cas d’une dystonie dont la cause est inconnue, on parle d’une dystonie primaire ou idiopathique, et, dans le cas d’une dystonie dont le déclencheur est connu (par ex. une lésion ou une autre pathologie neurologique), on parle d’une dystonie secondaire ou dystonie symptomatique.

L’apparition d’une dystonie symptomatique peut être liée à différentes causes.

  • Certains médicaments (par ex. les neuroleptiques)
  • Une mauvaise circulation sanguine dans le cerveau
  • Des maladies neurodégénératives (par ex. la maladie de Parkinson)
  • Des troubles du métabolisme (par ex. la maladie de Wilson)
  • Une lésion cérébrale depuis la petite enfance
  • Un traumatisme cranio-cérébral provoqué par un accident

De plus, il est possible que le médecin vous demande si des symptômes similaires ou des cas de maladie similaires sont apparus au sein de votre famille, pour vérifier une éventuelle cause génétique et donc héréditaire.

Dans la catégorie des dystonies d’origine génétique, on a pu identifier jusqu’à présent 21 formes différentes, qui ne représentent cependant qu’un faible nombre de cas de maladie.

Un indice décisif en faveur d’une possible cause génétique peut être une apparition plus fréquente des symptômes au sein de la famille. En tout cas, il faut absolument signaler au neurologue s’il y a des cas similaires de maladie au sein de votre famille!

Le neurologue va aussi coordonner la thérapie ultérieure, une fois que le diagnostic est établi.

Dans notre rubrique «Trouver un expert» sur ce site internet, vous pourrez directement trouver un spécialiste en traitement des dystonies, notamment un neurologue, dans votre région.