Formes de dystonie

La dystonie cervicale

A propos de la dystonie cervicale

  • Aussi appelée torticolis ou torticolis spasmodique
  • Muscles affectés: Les muscles du cou et de la nuque
  • Caractéristiques: Cervical signifie littéralement «qui fait partie du cou (cervix)». Une dystonie cervicale provoque une torsion, une inclinaison latérale, une flexion ou une extension de la tête / du cou, selon les muscles du cou qui sont touchés. On distingue plusieurs formes différentes de dystonies cervicales.
  • Forme de dystonie: Dystonie focale

Symptômes

La dystonie cervicale, notamment le torticolis, comprend plusieurs dystonies. Toutes ces dystonies touchent les muscles du cou et de la nuque, et entraînent par conséquent des déviations de la tête, quoique stables, dans la zone cou-tête-épaules, ou des mouvements involontaires, qui surviennent de manière régulière (rythmique) ou irrégulière.

En plus d’une déviation de la tête, on peut également constater une surélévation des épaules chez environ 50 % des personnes atteintes.

Des «astuces sensorielles», comme poser un doigt sur la joue ou sur la pointe du menton, permettent d’atténuer temporairement les douleurs chez une grande partie des personnes atteintes.

Types de dystonies

On distingue différents types de dystonies cervicales selon les muscles touchés et en fonction de l’orientation de la posture de la tête («caput») ou du cou («collum»):

Torticolis: sous-forme de dystonie la plus fréquente, pour laquelle une rotation verticale du cou, et donc de la tête, est symptomatique.

Latérocolis

Latérocolis: Inclinaison du cou et de la tête vers une des épaules

Rétrocolis

Rétrocolis: Bascule du cou et de la tête vers l’arrière

Antécolis

Antécolis: Bascule du cou et de la tête vers l’avant, en direction de la poitrine

Qualité de vie et effets secondaires

Une dystonie cervicale peut fortement impacter la qualité de vie des personnes atteintes, car de nombreuses activités quotidiennes, comme par ex. conduire leur voiture ou cuisiner, ne sont plus possibles ou alors de manière limitée seulement.

Par ailleurs, les personnes atteintes souffrent souvent de douleurs, de signes d’usure de la colonne cervicale et de nerfs pincés, qui résultent des mauvaises positions du cou.

De plus, l’entourage des personnes atteintes fait souvent preuve d’un manque de compréhension face à la situation, ce qui va de pair avec la perte de qualité de vie, une estime de soi dégradée et un isolement social dans la plupart des cas. Les personnes peuvent alors développer, en plus de la dystonie, des maladies psychiques comme la dépression et l’anxiété.

Faites connaissance avec Jasmin et Marlis, deux personnes atteintes de dystonie cervicale et qui racontent leur quotidien avec la maladie.

Fréquence

On estime que sur 100 000 habitants, 20 sont touchés par la maladie. En général, une dystonie cervicale apparaît pour la première fois autour de l’âge de 40 ans. Elle peut se développer lentement et de manière progressive, ou au contraire se manifester soudain brutalement. Avant que la déviation de la tête ne soit décelée, il est fréquent que des symptômes initiaux, comme des tensions au niveau de la nuque ou un tremblement de la tête, apparaissent.

Cause

Lorsque l’on ne connaît pas la cause de l’apparition d’une dystonie cervicale, on parle alors d’une dystonie idiopathique. On suppose qu’elle est liée à un dysfonctionnement au niveau des ganglions de la base. Il s’agit d’une zone particulière du cerveau qui est chargée de contrôler la coordination des mouvements. Des facteurs génétiques peuvent également entrer en ligne de compte dans l’apparition du torticolis.