Thérapie

La toxine botulique

La thérapie par toxine botulique

L’injection de toxine botulique constitue, d’après les directives médicales, le meilleur choix de thérapie en cas de dystonies focales.

La toxine botulique peut traiter efficacement la dystonie cervicale, le blépharospasme et la dystonie laryngée, et ainsi considérablement soulager les symptômes des patients.

Dans la présentation vidéo ci-dessous, le professeur Wolfgang Jost (neurologue et expert dans le domaine des troubles moteurs) explique ce qu’est exactement la toxine botulique et notamment comment elle agit.

Veuillez activer les cookies pour une publicité ciblée pour lire les vidéos :

Avant d’administrer ce traitement, le médecin doit d’abord établir un diagnostic précis et identifier les muscles atteints. Bien évidemment, le médecin aura, en amont, répondu à toutes les questions du patient et ce dernier aura signé un formulaire de consentement. De plus, les conditions préalables à une thérapie par toxine botulique doivent être remplies.

Le cas échéant, il faut vérifier si le coût du traitement est pris en charge par la caisse d’assurance-maladie du patient.

Comment se déroule la thérapie?

Tout d’abord, on définit la dose à injecter de manière individuelle pour chaque patient. Pour cela, le médecin aura déterminé très exactement, lors d’un examen médical réalisé au préalable, l’état fonctionnel sous tension des muscles atteints de dystonie.

La substance active, en l’occurrence ici la toxine botulique, peut être injectée directement dans les muscles hyperactifs, à l’aide d’une seringue fine, et produire ses effets au bout de quelques jours. Elle détend temporairement les muscles actifs malades, réduisant ainsi les mouvements involontaires et les spasmes douloureux.

Les effets ne perdurent que pendant quelques mois, il faut donc renouveler les injections à intervalles réguliers. La dose ou le schéma d’injection pourront par conséquent être adaptés et optimisés lors de chaque traitement, ce qui peut présenter avoir de nombreux avantages.

En fonction de la forme de la maladie, deux à trois injections peuvent être nécessaires avant que l’on trouve la dose d’injection idéale et l’intervalle adéquat entre celles-ci. Dans ce cas, il est important de rester optimiste suite au premier traitement et de faire preuve de patience.

Le traitement par toxine botulique ne doit être administré que par des médecins spécialement formés dans ce domaine.

Dans notre rubrique «Trouver des spécialistes» sur ce site internet, vous pourrez directement trouver un spécialiste en traitement des dystonies, notamment un neurologue, dans votre région.

 

Comment la toxine botulique agit-elle?

On parle ici de la «toxine botulique de type A», une substance qui agit de manière spécifique sur la jonction entre les nerfs et les muscles.

C’est cette jonction, appelée «plaque terminale motrice», qui permet le passage de l’influx nerveux (ou signal) de la cellule nerveuse vers le muscle. Le muscle reçoit, par ce biais, l’ordre de se contracter, il se tend et se raccourcit. Cette transmission de signal à la plaque terminale motrice est produite par un messager chimique, lui-même envoyé par la cellule nerveuse.

Lorsque l’on injecte de la toxine botulique dans un muscle, la substance pénètre dans la cellule nerveuse et empêche l’émission du messager chimique vers le muscle. Le signal partant de la cellule nerveuse pour aller jusqu’au muscle est donc temporairement supprimé. En fonction de la dose injectée, cela peut entraîner une réduction du spasme musculaire, voire même une impossibilité de contracter le muscle.

Dans le cas d’une dystonie, le cerveau transmet trop de signaux au muscle, ce qui provoque une tension musculaire plus forte que nécessaire, et peut déclencher des spasmes et des mouvements involontaires. L’injection contrôlée de toxine botulique peut faire en sorte que ces signaux neuronaux défaillants ne soient plus transmis au muscle. Les muscles hyperactifs se détendent alors, ce qui a pour effet de réduire les symptômes.

Veuillez activer les cookies pour une publicité ciblée pour lire les vidéos :

 

En combien de temps la toxine botulique agit-elle, et quelle est la durée des effets?

On peut déjà constater une amélioration quelques jours après l’injection. L’effet maximal du traitement est atteint au bout de quelques semaines et il dure généralement 3 à 4 mois. Dans des cas particuliers, cet effet peut aussi perdurer plus ou moins longtemps.

On parle d’ailleurs d’un effet temporaire, ou «réversible», car le corps élimine progressivement la toxine botulique. Il faut donc renouveler les injections à intervalles réguliers, pour obtenir un effet thérapeutique optimal à long terme.

Le professeur Wolfgang Jost (neurologue et expert dans le domaine des troubles moteurs) vous en dira plus à ce sujet, dans la vidéo sur le traitement par toxine botulique.

 

Quels sont les effets indésirables?

La toxine botulique est une substance active ayant fait l’objet de nombreuses études, et dont il a été prouvé scientifiquement qu’elle détend les muscles contractés. Elle agit localement et est généralement bien supportée. Comme pour d’autres médicaments, le traitement par toxine botulique peut également provoquer des effets secondaires.

Avant le traitement, il est important se renseigner sur de possibles effets indésirables, en lisant attentivement la notice d’utilisation du médicament prescrit, et en s’adressant à son médecin traitant en cas de questions. Si des effets indésirables apparaissent, il est préférable d’avertir immédiatement son médecin.

 

La toxine botulique est-elle sûre?

La dose injectée à des fins médicales, telle qu’elle est utilisée, n’est pas toxique pour le corps.

La toxine botulique est une substance naturellement produite par une bactérie. Par le passé, on l’a découverte dans le cadre d’une intoxication alimentaire, appelée «botulisme», causée par des viandes et charcuteries avariées.

De nos jours, la médecine exploite les effets de la toxine botulique. Dans des conditions contrôlées, on extrait la substance active à partir de cultures de la bactérie Clostridium botulinum, et on la transforme en médicament. Les effets de la toxine botulique sont si forts que quelques milliardièmes de gramme suffisent déjà à faire disparaître les spasmes musculaires.

 

Que faire en cas d’urgence?

Un nombre très réduit de patients peut développer des réactions sévères ou des réactions allergiques à la toxine botulique. Il est rare que ces réactions se produisent, mais il est toutefois important de savoir comment réagir en cas d’urgence.

Les signes possibles d’une grave réaction allergique sont les suivants:

  • urticaire (éruption cutanée avec des plaques rouges)
  • gonflement (des mains, des pieds, des chevilles, du visage, des lèvres, de la bouche ou du pharynx)
  • respiration haletante ou sifflante
  • difficultés à respirer
  • détresse respiratoire

Si de graves réactions allergiques surviennent, prévenez immédiatement votre médecin, rendez-vous aux urgences de l’hôpital le plus proche ou composez le numéro d’urgence (112).